Connaitre son public – ce qui motive les investisseurs dans un financement participatif en fonds propres

Pour réussir à attirer l’attention des investisseurs, le conseil basé sur des formules approuvées par les doyens et les experts de financement participatif est de connaître son public. Que ce soit pour des campagnes publicitaires ou de marketing, plus l’entrepreneur connaît son public, plus il pourra développer des idées et des formules attirantes. Il convient par la suite de positionner, situer et promouvoir ces idées. La réussite des campagnes et la performance des actions dépendent du degré de connaissance de l’entrepreneur.

 

Elles sont pertinentes pour les start-ups dans leur campagne de levée de fonds avec le financement participatif en fonds propres. Les entrepreneurs doivent persuader les investisseurs sur la viabilité de leur idée de créer une entreprise. Leur projet doit aussi avoir suffisamment de ressources intéressantes pour séduire les investisseurs. Il convient donc de démarrer la campagne de collecte de fonds par la connaissance de la motivation des investisseurs et ce qui l’anime. Ainsi, la communication avec les investisseurs peut être intéressante et avantageuse pour les entrepreneurs afin d’assurer le succès d’un financement participatif en fonds propres.

 

Les motivations des inventeurs dans une campagne de crowdfunding en fonds propres

La motivation du public pour participer au financement participatif en fonds propres repose sur 4 raisons principales : intrinsèque, sociale, bonne volonté et financière. L’élément moteur de l’investissement en financement participatif est la combinaison de ces raisons. Généralement, les participants aux campagnes de financement participatif supportent l’idée ou la cause sous-jacente. Ils sont prêts à investir et à profiter de la communauté des entrepreneurs.

 

L’éthique, l’appartenance sociale, la bonne volonté, la charité et l’innovation sont les qualités qui conduisent à la participation du financement participatif basé sur la contribution et la récompense, tandis que le rendement est le motif du financement participatif en fonds propres.

 

Cependant, il y a plus que le simple gain financier qui motive les investisseurs dans le financement participatif en fonds propres. En effet, ces investisseurs s’intéressent également à l’entrepreneuriat social et une préférence pour certains produits, services ou projet.

 

Selon une étude menée par la faculté School of Business de l’université Lappeenranta University of Technology (Finlande) en 2016, plusieurs investisseurs ne cherchent pas à faire de bénéfice ni à investir dans la future innovation, mais plutôt à profiter d’une expérience pratique de l’entrepreneuriat et d’un investissement avec une faible exposition aux risques. L’étude reposait sur 86 réponses des participants âgés de 25 à 55 ans. Les personnes qui ont fait l’objet de l’étude ont eu des réponses différentes en ce qui concerne le financement participatif. Si les personnes de moins de 25 ans disent manquer de ressources pour investir, celles âgées de plus de 55 ans préfèrent les méthodes d’investissement classiques. La plupart des personnes de ce groupe d’échantillonnage (64%) n’étaient pas étrangères au financement participatif en fonds propres, dont la majorité en a une expérience supérieure à la moyenne.

 

L’influence de l’inégalité de sexes dans le financement participatif

Les recherches ont montré que 93% des investisseurs en financement participatif en fonds propres sont des hommes. Cela reflète l’inégalité de sexes sur les marchés financiers. Les femmes et les hommes ont des attitudes différentes en matière de risque. En effet, les femmes investissent moins dans des investissements à risque élevé, aussi bien en nombre qu’en montant par campagne. Les femmes sont plus sensibles à la communication sociale et plus susceptibles de tisser des relations personnelles que les hommes sur Internet.

 

L’inégalité dans la prise de risque explique mieux les choix d’investissement dans le financement participatif. Cependant, le genre n’a pas d’influence directe sur les résultats dans le choix des investissements, c’est-à-dire la réussite de la campagne de financement par rapport à l’objectif fixé.

 

L’Université de Bourgogne (Saint-Étienne et Lille) et l’industrie WiSEED ont mené une étude sur les motivations des investisseurs dans le financement participatif. Intitulée « Investor Motivations in Investment-Based Crowdfunding », cette étude portait sur 107 campagnes de financement participatif, dont 81 campagnes sur le financement de capital et 26 autres sur le financement immobilier. Les campagnes ont été menées par 64 start-ups différentes et 26 projets immobiliers sur WiSEED. Les données ont été ensuite complétées par celles de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

 

Il en est résulté que les participants dans le financement participatif ne sont pas uniquement des investisseurs qui sont juste motivés par l’argent, mais également motivés par des raisons intrinsèques. Ces dernières influencent leur décision sur le choix d’un projet à financer.